La respiration consciente : le point de départ pour l’inspiration et la créativité

Vous cherchez à avoir plus d’énergie et d’intensité pendant vos activités, à dormir plus profondément, ou bien à gagner rapidement un état de grand calme pendant une situation stressante ?

Nous vous présentons ici un survol des techniques de respiration, pour l’apaisement, la stabilisation et la stimulation.

S’entraîner en pleine conscience permet une meilleure maîtrise de soi !

Les bienfaits de la respiration selon les médecines occidentales et orientales

Dans la médecine occidentale classique comme dans la médecine orientale traditionnelle, on s’entend pour dire que la vie extra-utérine est rendue possible grâce à la respiration.

Pour la première, une bonne respiration permet d’optimiser à la fois l’apport d’oxygène dans le sang et l’évacuation du dioxyde de carbone.

Pour la seconde, c’est « la force de vie, l’énergie » (Prana, Chi, Qi ou Ki) que l’on inspire et que l’on expire.

Les médecins et guérisseurs orientaux considèrent que plus tôt on inculque aux enfants à inspirer et expirer en pleine conscience, plus tôt cette énergie subtile et invisible circulant librement en eux, aura pour effet d’équilibrer leur santé physique et mentale.

Dans le cas contraire, l’énergie de la vie stagne et la maladie s’insinue. Si peu de médecins occidentaux croient au principe de la « force de vie », ils admettent qu’une bonne respiration apaise le corps et l’esprit contribuant ainsi à la bonne santé de ces derniers, tandis qu’un souffle court et rapide accroît les symptômes du stress qui, en s’accumulant, a une incidence directe avec les maladies physique et/ou mentale.

Les 3 types de bienfaits de la respiration

Une bonne respiration, selon la technique utilisée, trouve sa place parmi l’une des trois catégories « d’impacts particuliers engendrés » que voici :

1. apaiser : respiration abdominale, respiration yogique complète

2. stabiliser : respiration bramhari, respiration ujjayi, au carré

3. stimuler : respiration kapalabhati, respiration du tourbillon

Nous nous contenterons ici de décrire la première technique de respiration énumérée dans chacune de ces catégories, soit celles qui serviront d’exercices préliminaires.

Respirations apaisantes : respiration abdominale

Le praticien est invité, couché au sol, à fermer ses yeux, à inspirer par le nez en laissant doucement son ventre se gonfler « rond comme un ballon », puis à expirer par le nez en laissant naturellement le ventre se dégonfler et s’enfoncer.

Attention cependant, il est indiqué de procéder sans forcer le souffle d’aucune manière.

Le rythme est naturel. L’inspiration fait naître l’expiration qui fait naître l’inspiration. Sans rétention à l’origine, on apprécie la vague que cela crée dans le corps simplement.

Vous observerez l’expansion de l’abdomen lors de la prise d’air, puis sa détente lors de l’expulsion.

Une fois maîtrisée au sol (les muscles abdominaux au repos favorisant davantage l’expansion abdominale), la technique pourra être exercée éventuellement en assise ou debout (en mouvement).

Entretenir l’expérience pendant au moins 10 minutes, éventuellement.

Respirations stabilisantes : respiration Bramhari

Cette technique pratiquée d’abord sans rétention du souffle, est appréciée de tous et ne laisse pas attendre ses effets propres à la clarté d’esprit et la méditation.

En position assise, le praticien est invité à fermer ses yeux, à inspirer par le nez en laissant doucement son ventre se gonfler « rond comme un ballon.

À l’expiration, les lèvres jointes sans serrer les dents (celles-ci maintenues à distance), permettre au son grave, semblable au bourdonnement d’une abeille, d’être émis de façon audible. Entretenir l’expérience pendant au moins 5 minutes.

Lorsque pratiquée de manière à ce que le son à l’expiration soit fait mentalement, elle porte alors le nom « Ujjayi »; dès lors, elle peut être utilisé les yeux fermés ou ouverts et le corps immobile ou en mouvement.

Respirations stimulantes : respiration Kapalabhati

La  respiration Kapalabhati ou respiration de feu, est une respiration peu profonde, rapide et continue. Une façon efficace de la pratiquer est d’enfoncer fortement le nombril à l’intérieur du ventre lors d’un court « expire » par les deux narines (expiration active). « L’inspire » devrait se faire automatiquement (et passivement).

Répéter cette action avec un rythme soutenu et continu.

Le mouvement approprié de l’abdomen lors de cette technique de respiration est essentiel : lors de l’expiration le nombril est à l’intérieur du ventre; lors de l’inspiration, le nombril est sorti.

Débuter doucement et laissez le corps acquérir une mémoire; au fil du temps, la respiration deviendra automatique, rapide et plus puissante.

Conclusion

Mise en garde : Si vous êtes pris d’étourdissements, qu’ils soient accompagnés ou non de vertiges et ce, au moment où vous avez entrepris de respirer consciemment et ce, nonobstant la technique de respiration pratiquée, arrêtez-vous un instant et respirer normalement.

Ne craignez rien, ce malaise étant une réaction courante à l’afflux exceptionnel d’oxygène dans le cerveau et les autres organes; reprenez votre pratique de la respiration de Pleine Conscience lorsque ce dernier sera dissipé.

Laisser un commentaire